cityname Clermont-Fd

ckcity Cl

pageLoadNum 1

ck_is_first_page vrai

isBgAdPage vrai

Newsletter subscriptions 0

auto show newsletter modal cookie false

Citizen Kid

Bad Hit +6 ans

Bad Hit : badminton en famille à Clermont-Ferrand
credits

Résumé

Bad Hit est une salle à Clermont-Ferrand qui propose aux familles de venir jouer au badminton et au tennis padel toute l'année.

Bad Hit
89, Rue de la Pradelle
63000 Clermont-Ferrand
04 73 90 62 99
www.badhit.fr

Voir les infos pratiques

Aucun avis sur ce lieu

Me connecter et gagner +15 Kidipoints

| Anonyme
Ma note :

Informations pratiques

Tarifs :

Heure pleine 
Simple : 7€
Double : 5€
Heure creuse
Simple : 4€
Double : 3€

Horaires :

Lundi au samedi de 10h à 22h 
Samedi de 10h à 19h
Dimanche de 10h à 17h30

Téléphone :

04 73 90 62 99

Email :

play@service-gestion33.com@badhit.fr

.service

.com@@

Résumé

À Bad Hit, les familles ont l'opportunité de venir jouer en jeu libre au badminton ou bien d'apprendre la curieuse discipline du tennis padel. 

Jouer au badminton en famille

Le badminton est un sport de raquette qui plaît beaucoup et à tous les âges. Dès 6 ans, les enfants peuvent tirer leurs premiers volants et apprendre avec leur parents quelques bases de la discipline. 

Le gymnase Bad Hit de Clermont-Ferrand est ouvert tous les jours de la semaine et permet de venir découvrir ou s'exercer au badminton en famille pour une sortie sportive. 

La salle est accessible sur réservation et la location du terrain peut se faire pour des durées variables en fonction des besoins de chacun. 

Un sport atypique à mi-chemin entre le squash et le tennis est également pratiqué : le tennis padel. 

Après l'effort, le réconfort avec les enfants

Un lieu de restauration est également disponible à Bad Hit pour les sportifs qui souhaitent se désaltérer après une partie endiablée contre un adversaire redoutable. 

En fonction du temps, les badistes peuvent profiter du moment, en intérieur ou bien sur la terrasse extérieure pour profiter d'un rayon de soleil. 

Article créé par Caroline Bruley le 26 avr. 2018